Extrait Woks et Marmites

Sale pluie

Numéro 5

La nouvelle construite en cinq parties distinctes racontant chacune une micro-histoire s’articule autour du quotidien d’actifs urbains, de leurs rapports amoureux, hiérarchiques et sociaux, et au fond, de leur solitude.

Partie 4 :

MAOMAO AJOUTE LES POUSSES de bambou d’hiver avant de recouvrir le wok. Yang Peng fait irruption dans son dos et lui pince les fesses :
« C’est bientôt prêt ? Ça sent la bonne viande à des kilomètres.
– Presque. Tu aurais un grand plat creux ? Je n’en ai pas trouvé.
– Aucune idée. Je vais demander à Jane de t’en apporter un », répond Yang sans se décoller de son dos.
Il pose alors son grand crâne dégarni sur l’épaule de Maomao en se frottant contre sa joue. De nouveau incommodé par l’odeur grasse de son cuir chevelu, le jeune homme le repousse légèrement, faisant remarquer en souriant :
« Comme tu y vas ! N’oublie pas qu’on est dans ta cuisine !
– M’en fous. J’ai la trique.
– Ce soir… je reviendrai m’en occuper ce soir. Dépêche-toi d’aller chercher ce plat creux.
– D’accord… après dîner, je dirai qu’on a un client à voir », consent Yang en lui donnant un coup de rein avant de quitter la cuisine.
Maomao respire un grand coup, soulève le couvercle et pique le poisson de ses baguettes. Pas encore prêt. Il nettoie la planche pour y découper des tranches de poitrine de porc séché.
« Celui-là fera l’affaire ? demande Jane qui est entrée dans la pièce pour prendre un grand plat creux du placard au-dessus de la cuisinière.
– Super, posez-le ici, s’il vous plaît.
– Tu n’as pas besoin d’un coup de main ? demande-t-elle, postée derrière lui.
– Pas besoin chère Jane, vraiment. Reposez-vous plutôt en attendant de passer à table. »

(…)

ZHANG YUERAN est l’auteur de Sale Pluie, une nouvelle traduite du chinois (Chine) par CATHERINE CHARMANT et DENG XINNAN dont la quatrième partie est à découvrir dans les pages du numéro 5 de Jentayu.