Note de lecture Histoire et Mémoire

La maison familiale

Numéro 7

LORSQU’ON LUI DEMANDE son opinion sur la littérature thaïe actuelle, l’écrivain Sathaporn Chanprasut, d’un naturel discret, nous avoue qu’il ne lit aucun livre de littérature contemporaine en prose et que, par conséquent, il ne peut rien en dire. Lui-même a pourtant écrit plusieurs nouvelles, souvent sous le pseudonyme de « Krunon »  (« Maître Lombric ») et dont certaines ont été publiées dans son recueil Nak Leng Phasa en 2013.  Mais il est comme ça, Krunon : économe à l’oral, et plus disert à l’écrit.

Sa nouvelle publiée dans Jentayu sous le titre « La maison familiale » a été composée aux environs de 1999, à l’époque où Krunon utilisait un autre nom d’auteur, « Nonsura » (« Poète ivre »). Lors de discussions littéraires enflammées sur le très populaire site internet Pantip.com, il s’était vu reprocher par un internaute d’avoir critiqué une nouvelle de son élève. L’internaute, en substance, insinuait que Nonsura était certes très bon en poésie, mais que personne ne l’avait jamais vu écrire de la prose. Alors comment oserait-il critiquer une nouvelle ? Dès la semaine suivante, la nouvelle « Bankao » (บ้านเก่า, « La maison familiale ») paraissait sur le site. Ironie de l’histoire : deux ans plus tard, en 2001, le poète Chokchai Bandit obtiendrait le prestigieux SEA Write Award pour un recueil de poèmes sur le même thème et portant le même titre.

Lors de la préparation de Nak Leng Phasa (« Grand linguiste »), ouvrage qui recueille plusieurs des travaux littéraires et linguistiques de Krunon, son préfacier lui a proposé d’y intégrer la nouvelle « La maison familiale ». En effet, toujours selon le préfacier, cette nouvelle permet de confirmer les principes littéraires de Krunon qui, depuis toujours, n’enseigne la langue thaïe qu’avec deux manuels traditionnels : le Chindamani et le Munlabotbanphakit. Quels principes, vous demandez-vous ? Krunon est convaincu que, « si l’on a bien appris la langue thaïe avec les règles imposées par nos ancêtres, nous pouvons composer nos écrits dans toutes les formes d’écritures thaïes afin de transmettre notre pensée comme nous le souhaitons ». À méditer !

KOSON THANADSAMRAN a traduit du thaï La maison familiale, une nouvelle de SATHAPORN CHANPRASUT à découvrir en intégralité dans les pages du numéro 7 de Jentayu.

Illustration © Arief Witjaksana.