Extrait Amours et Sensualités

Au bord de l’eau

Numéro 6

LES JOURS D’HIVER sont sur le déclin. Le soleil semble luire sur un empan de neige cristalline au sommet du Jargalant. Bientôt, cette fille marchera au bord de l’eau. Et moi aussi.
Mais tout d’abord, repoussant d’une main la grande porte verte, elle prend les deux seaux de son autre main, et résonne alors un étrange bruit de ferraille. Comme cette grande porte s’ouvre, je pense faire demi-tour dans les pages tremblantes de mon esprit. Et quand les seaux s’entre­cho­quant ont ce tintement étrange, je me dis « Je vais aller marcher au bord de l’eau ». Quand la jeune femme émerge, telle une flamme brillante, dans son deel bleu lapis, le sang afflue à mon visage, qui se met à chauffer.
Je ressens une joie que nul ne peut connaître, une joie que je n’échangerais pour rien au monde, et je suis prêt à bondir comme un lièvre si elle me remarque avant de s’engager sur la route. Je me tiens là, assis et penché en avant, prêt à me lever d’un bond et courir. Encore et encore, je me penche et regarde par la fenêtre. Elle est bien là, cette grande porte verte ordinaire, imposante et paisible. « Elle va sortir maintenant », me dis-je, et mon cœur bat à tout rompre. Dans l’excitation de mon cœur, les lettres dorées de l’amour sont comme épelées sur le bloc-notes de mon esprit, et voilà que je me prédis une beauté à venir unique en son genre, s’étirant jusqu’au fin fond de l’univers. Mes pensées s’envolent, puis, prenant congé de la terre, je somnole, intoxiqué par ma douce rêverie.
Mais… mais… le tintement familier des seaux de la fille me réveille, comme de la glace plaquée sur mon front. Je me redresse vivement, et la voilà qui sort de l’enclos de manière si délicate, tel un code Morse pianoté sur mon cœur, et qui prend le chemin d’Urd Gol.
Je sors de chez moi à la manière d’une roche propulsée par un lance-pierres et me mets à la suivre. Je la contemple sans ciller alors qu’elle s’avance sous le soleil, dont les rayons obliques font briller son nez en cette belle journée. Elle est loin de se douter que le prince qu’elle n’attend plus s’est mis à sa disposition tout près d’elle.

(…)

BAAST ZOLBAYAR est l’auteur de Au bord de l’eau, une nouvelle traduite depuis l’anglais par MARCEL BARANG et à découvrir dans son intégralité dans les pages du numéro 6 de Jentayu.