Extrait Villes et Violence

En menus morceaux

Numéro 2

ON A RAMENÉ le corps du garçon de la frontière. Quand la voiture est passée devant, on n’a pas été d’accord entre nous. Il faisait chaud, la piste de latérite était saturée de poussière, certains pensaient que c’était une branche d’arbre tombée au bord de la route. C’est quand on est descendus pour le prendre à bras le corps qu’on s’est aperçu que ses bras étaient atrophiés et qu’il était entièrement couvert d’un fouillis de longs poils. Certains ont cru qu’il s’agissait d’un animal du cru d’une espèce inconnue de nous ; d’autres disaient qu’il n’y aurait pas moyen de lui faire passer la frontière, et on s’est mis à parier à ce sujet.

Au poste frontalier, le douanier n’a rien voulu entendre : cet enfant n’avait pas de passeport.

Aussi on lui a dit que ce n’était pas une personne, seulement un animal qu’on se proposait d’élever. À ce moment-là, le soleil était juste au-dessus de nos têtes. On l’avait allongé sur la plate-forme arrière de la voiture et recouvert d’un sac de jute.

Le douanier nous a dit que ce serait enfreindre la loi plus encore : un animal pourrait être porteur de microbes inconnus susceptibles de proliférer dans le pays.

(…)

JADET KAMJORNDET est l’auteur de En menus morceaux, une nouvelle traduite du thaï par MARCEL BARANG à découvrir en intégralité dans les pages du numéro 2 de Jentayu.

Photo © JB.