Nouvelles voix d'Asie

Li Ang

Li AngLi Ang (李昂), née en 1952, est considérée depuis la parution en 1983 de l’œuvre qui la rendit célèbre, La femme du boucher, comme la romancière taïwanaise la plus controversée, à la fois féministe, briseuse de tabous et indépendantiste. La transgression des normes caractérisant son écriture fictionnelle lui attire à la fois louanges et violentes attaques. Observant d’un regard acéré la société taïwanaise, Li Ang cherche inlassablement à démêler les relations qu’entretiennent sexualité et pouvoir dans des romans comme Nuit obscure (1985), Le jardin des égarements (1991), Autobiographie : un roman (2000), mais aussi des recueils de nouvelles comme Les fantômes visibles (Kandejian de gui, 2004), dont est issu la nouvelle présentée dans Jentayu.

Bibliographie

Ses romans traduits en français :

  • La femme du boucher (Shafu: Lucheng Gushi 殺夫: 鹿城故事), trad. Alain Peyraube et Hua-Fang Vizcarra (Flammarion, Paris, 1992), réédité sous le titre Tuer son mari (Denoël, Paris, 2004)
  • Le jardin des égarements (Miyuan 迷園), trad. André Lévy (Philippe Picquier, Arles, 2003)
  • Nuit obscure (Anye 暗夜), trad. Marie Laureillard (Actes Sud, Arles, 2004)

Deux autres nouvelles traduites en français :

  • « Une salle funéraire déserte », trad. Sandrine Marchand (Le Nouveau Recueil, décembre 2001-février 2002, n°61)
  • « Pour un bol de nouilles au bœuf », trad. André Levy, in Alibis: dialogues littéraires franco-chinois, dir. Annie Curien (Maisons des Sciences de l’Homme, Paris, 2004).

Articles en lien avec Li Ang :

Marie Laureillard évoque le recueil Les fantômes visibles de Li Ang, l’auteur taïwanaise originaire de Lukang, ville remplie d’histoire… et de fantômes… Lire l’article

 
 

Li Ang (2)Sur Lettres de Taïwan, un entretien avec Li Ang au sujet de son œuvre, de son travail d’écriture et de sa perception de la littérature à Taiwan… Lire l’article